Livres

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Participation au livre-CD :
Sonopsys : Hommage à Luc Ferrari

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Sonopsys - Cahiers Musique Concrète /
Acousmatique : Hommage à Luc Ferrari

Dirigé par Alexandre Yterce
et crée par Florence Gonot

ISBN : 2-9525656-5-1
copyright Licences, Paris, 2007

Tiré à 500 exemplaires.


:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

> disponible @

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

01. Alexandre Yierce : pour Luc Ferrari
02. Jacques Lejeune : « Und so weiter »
03. Brunhild Ferrari : Ma vie
04. Jacqueline Caux : Les émois sensuels de Luc Ferrari
05. Entretien du 2 septembre 2006 : autour de Luc Ferrari
06. Notes de l’entretien
07. Luc Ferrari : Partition graphique et Analyse de « Tête et Queue du dragon » 1959-1960.
08. Luc Ferrai : Exploitation du concept d’autobiographie 20 Octobre 1999
09. Voyage Axial : Repères Biographiques
10. Traductions

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

CD :

01. « Passage pour Mimes ». (1959) Musique Concrète - 3’14’’. Ina-GRM (musique pour le théâtre).

02. « J’ai été coupé ».(1960-1969) - 13’47’’. Musique concrète pour bande magnétique stéréo. Production : GRM, Paris. Création mondiale : Paris, concert GRM, Théâtre Récamier, 1973. « Musique abstraite, mais peut être aussi une méditation sur la solitude et le sommeil »

03. « Selbstportrait Oderpeinture de sons ou bien Tonmalerai ». (décembre 1996 – juin 1997) 54’51’’. Hörspiel bilingue français-allemand. Commande de la Südwestfunk de Baden-Baden. Réalisé au Studio post-billig.

« Le projet de faire un autoportrait implique une relation évidente avec l’intimité. Ce travail composé avec des mots, des musiques, des bruits et des images, m’est progressivement apparu comme une peinture. Je me disais dans les années 70 un hyperréaliste ; je constate maintenant que je travaille les sons comme on peint. »

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::